Communiqué de presse du Groupe d'élus VOUS au Conseil Général 95

Publié le par Martine

Séance du lundi 11 juillet 2011

 

Question d'actualité sur la gouvernance du Conseil général

déposée par Didier ARNAL au nom du groupe Val d'Oise Utile et Solidaire

 

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux de la majorité, depuis maintenant cent jours vous avez remporté les élections dans des conditions que nous connaissons tous, en trompant sur votre programme, en dissimulant votre étiquette politique et pour certains d'entre vous, en laissant planer le doute sur la réalité de votre positionnement vis-à-vis du Front National.

 

Vos cent premiers jours ont révélé la vaste supercherie de votre élection. Que pensent aujourd'hui les 22 argenteuillais qui ont fait le choix d'élire Xavier Péricat. J'ai la faiblesse de croire que leur vote aurait été différent si vous aviez eu l'honnêteté de dire que vous augmenteriez les impôts, de même que les tarifs de participation des familles au dispositif Rest'O Collège, ou que supprimeriez l’aide au permis de conduire !

 

En cent jours vous avez renoncé à la construction d’un nouveau collège à Herblay et à plusieurs rénovations programmées et attendues telles celles des collèges Jean-Bullant à Ecouen ou encore Jules Ferry à Eaubonne. Je n’ose imaginer que cela ait un lien avec le fait que ce sont des cantons dont le Conseiller général n'appartient pas à votre majorité. Toutefois, on peut s’interroger sur la position occupée autour de cette table pour que les habitants de nos territoires soient traités à égalité ?

 

Que dire encore de la méthode utilisée pour démanteler la contractualisation sans la moindre concertation avec les élus ou leurs représentants au sein de l'union des maires ?

 

Pourquoi un tel acharnement à remettre en cause tout ce que nous avons mis en place dans l’intérêt des Valdoisiens ? C'est certes votre droit le plus strict de vouloir restaurer le fonctionnement archaïque qui fut le vôtre quarante années durant. Nous ne manquerons pas de le rappeler aux électeurs sans attendre les prochaines échéances électorales.

 

Vous nous aviez promis le grand soir de l'environnement. Nous ne voyons toujours rien venir. Au lieu de cela vous ne respectez même pas l'engagement que vous avez pris de remettre le Conseil départemental du développement durable au travail. Doit-on alors déduire que c’est par manque de courage que vous vous refusez à supprimer une instance consultative reconnue qui a fait la preuve de son utilité.

 

Plus grave ! Vous aviez promis à cette assemblée la transparence, le respect du débat et l'équité territoriale. La réalité est tout autre.

 

C'est aujourd'hui l’utilisation de l’institution départementale pour mener un combat partisan contraire à l'égalité de traitement des territoires, auquel nous avons assisté lors de la commission permanente du 6 juin. Retirer de l'ordre du jour une subvention pour la réalisation de logements sociaux sans autre justification que pour aider le  sous-groupe des Conseillers généraux d'Argenteuil dans le conflit avec le maire de leur ville, c'est tout simplement scandaleux. Quel mépris pour les Valdoisiens en attente de logement…tout cela pour une histoire de local municipal comme nous l’avons appris plus tard sur VO News !

 

Le 22 juin, lors de la huitième commission, pas un seul des cinq représentants de votre groupe, ni aucun de leurs quatre suppléants ne s'est déplacé alors que mes collègues ont pris une demi-journée pour venir étudier le seul et unique dossier qui devait y être présenté: conclusion le dossier a été reporté à la séance suivante! Nous sommes bien  loin de votre volonté affichée de nous associer à la vie de notre assemblée au travers du travail en commission ; sans oublier les valses hésitations pour savoir de quelles commissions relèvent certains dossiers à caractères transversaux. Nous vous avions pourtant prévenu que restaurer votre ancien système de multiples commissions créerait rapidement une bien triste usine à gaz.

 

Enfin, quel ne fut pas notre étonnement en découvrant l'ordre du jour de la séance, au départ annoncée comme exceptionnelle, qui nous réunit en cette matinée de mi juillet, quinze jours après la précédente: présentée comme devant être consacrée à l'examen du BS et de la refonte de la contractualisation, au final une séance quasi ordinaire avec une bonne quinzaine de points à l'ordre du jour, certes quelques dossiers de gestion courante, mais néanmoins au travers la présentation d'un nouveau dispositif labellisé du doux prénom EVA, la suppression de l'aide au permis ! Tout cela au beau milieu de la torpeur estivale, en souhaitant que personne ne s'en rende compte! A ce rythme d'une séance par quinzaine, la 5ème en 100 jours, le Conseil général du Val d'Oise va pouvoir se distinguer en instaurant le principe de session permanente, sans doute pour ne pas perturber les habitudes des deux parlementaires présents dans vos rangs ! Au final quelle image d'improvisation et d'incapacité à prévoir, vous faites ici montre.

 

Et que dire de l'audit que vous avez commandé et présenté à la dernière séance ? Vous ne l'avez pas inscrit à l'ordre du jour. Vous ne nous l'avez pas présenté en commission. Pire! Vous ne nous l'avez toujours pas transmis alors  que vous êtes légalement tenu de nous communiquer ces études commandées avec l'argent du contribuable, surtout quand ce rapport vise à justifier l'augmentation des impôts acquittés par ces mêmes contribuables. 25 000 € c'est au final un peu cher pour une opération de communication destinée à la presse. Ironique quand vous fustigiez selon vos termes des dépenses de prestige inconsidérées pour des manifestations à l’attention des Valdoisiens, il y a encore trois mois. Ironique aussi, quand on sait que vous allez rééditer toutes les publications du Conseil général qui possèdent un éditorial signé par l'ancienne majorité. Si vous cherchez bien vous trouverez encore quelques documents signés François Scellier.

 

C'est solennellement que nous vous demandons de remettre de l'ordre dans la gouvernance du Conseil général. Notre institution ne peut pas être au service des petits intérêts de tel ou tel sous-groupe d'élus. L'opposition ne peut pas être plus longtemps méprisée comme elle l'est aujourd'hui. Il est grand temps d'agir dans la transparence, Monsieur le Président, quand comptez-vous remédier à ces dérives ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lydie 08/07/2011 11:00



Cela ressemble à un règlement de comptes....Non?


Sauf que dans mon quotidien, je ne vois aucune différence entre la gestion des uns ou des autres!


Acquittons nos impôts et surtout n'attendons pas grand chose en retour!



•-~•*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*•~-• 07/07/2011 20:23



merci pour ces précisions


je te souhaite une très belle fin de journée


le ciel est gris chez moi


gros bisous créoles


 


 


•-~·*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*·~-• 


 



Quichottine 07/07/2011 12:41



Reéditer uniquement à cause d'une signature ? Je n'en reviens pas !


En tout cas tout cela me confirme que la politique est un panier de crabes... :(