L'ESSEC ouvre un campus à Singapour

Publié le par Martine

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

Photo ESSEC - CERGY

Extrait d’un article des echos du 9/0606 de Jean-Claude Lewandowski

 

Le groupe de Cergy va déployer à Singapour l'ensemble de ses activités d'enseignement et de recherche. Une étape clef pour son développement international.

Dans la course à l'international qui oppose les grandes business schools, l'Essec vient de franchir une étape majeure : le groupe de Cergy a inauguré, il y a quelques jours, un campus à Singapour. Avec l'ambition d'en faire une plate-forme pour rayonner en Asie, qui connaît un essor économique sans précédent, et qui affiche d'énormes besoins en matière de formation supérieure.

A Singapour, l'Essec Asian Center (EAC) dispose d'un étage entier au sein du bâtiment ultramoderne de la Bibliothèque nationale, au coeur du quartier des affaires. L'EAC est en outre installé à proximité de deux des trois universités locales. L'Essec prévoit d'y déployer l'ensemble de ses activités : enseignement initial, formation de cadres dirigeants, recherche. Le tout pour un budget annuel de 3 millions d'euros.

Depuis l'automne, le nouveau campus a déjà accueilli les étudiants de deux de ses masters et de son cycle « Management général international ». A compter de cet été, il recevra une quarantaine d'élèves du cursus initial (« Essec MBA »), venus de Cergy pour six mois dans le cadre de la filière Asie. Dès l'an prochain, l'effectif atteindra une centaine d'élèves. Les participants de l'Executive MBA Essec-Mannheim passeront également une semaine à Singapour. « Tous ces programmes comportent des enseignements spécifiques : comment faire du business en Asie, ou l'environnement social asiatique », précise Christian Koenig, le directeur du centre. Les élèves de la filière Asie suivront aussi des cours de mandarin, et pourront participer à des voyages d'études. Les cours sont dispensés par le corps professoral de l'Essec ou par des professeurs d'universités partenaires.

Pour la suite, l'Essec Asian Center nourrit de nombreux projets. Des formations destinées aux étudiants asiatiques vont voir le jour - par exemple dans le domaine du management de la santé. Des séminaires pour dirigeants sont aussi en gestation, comme le MaKS (« Management Korea Singapore »), destiné à un consortium de firmes coréennes. Enfin, cinq thèmes de recherche ont été choisis : les marques de luxe en Asie, le management urbain, l'éthique et les biotechs, innovation dans les services, gestion des risques et développement durable. « Autant de domaines dans lesquels nous pouvons apporter une expertise spécifique », souligne Christian Koenig. A l'horizon 2010, l'Essec table sur une dizaine d'enseignants permanents, une douzaine de chercheurs et des professeurs « visitants ».

La nouvelle implantation asiatique s'articule avec la stratégie « tricontinentale » de l'Essec. Le groupe joue ainsi la carte européenne avec son alliance avec l'université de Mannheim, est présent sur le continent nord-américain au travers de partenariats avec des universités comme Kellog, Thunderbird, Berkeley, Harvard et Stanford, et surtout se renforce en Asie. L'objectif étant de maintenir le nombre d'étudiants issus des classes préparatoires et d'accroître celui des non-Européens. Parmi ceux-ci, les deux tiers viendraient d'Asie.

Le campus singapourien apparaît ainsi comme une pièce maîtresse dans le développement de l'Essec. Au point qu'il paraît de nature à faire évoluer le groupe. C'est en tout cas le pari du directeur général : « Singapour offre une fenêtre exceptionnelle pour observer ce qui se passe en Chine ou en Inde, affirme Pierre Tapie. En nous installant en Asie, nous allons apprendre à penser autrement. Nous allons mieux comprendre un monde qui change. » Dans ce contexte de mutation accélérée, l'Essec entend faire entendre sa voix, différente de celle d'autres écoles. « Le monde bouge, mais la tradition européenne a aussi son mot à dire sur ces changements, poursuit Pierre Tapie. Nous voulons participer à l'invention d'une nouvelle façon de former des dirigeants créatifs et responsables. » C'était d'ailleurs le thème du colloque qu'organisait l'Essec, avec les doyens de plusieurs chefs d'entreprise et doyens de business schools de premier plan, le jour de l'inauguration de l'EAC. Une façon pour l'école d'afficher ses ambitions.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

angel 22/06/2006 12:51

bonne journée la miss..

Zhealy 22/06/2006 10:51

Superbe concrétisation:!!!!
Je n'entrerais probablement jamais à l'ESSEC, mais j'admire ce projet
Je tenterai d'entrer dans une ESC qui propose des stages ou échanges avec l'"Asie - chine, Corée ou Japon^!!!
 
Félicitations!

:0091: 22/06/2006 07:38

Et bonne journée..............